Actifs et passifs dans la comptabilité du capital naturel

8 oct. 2012

David Jarrett d'Ecometrica Le "capital naturel" est le stock d'écosystèmes naturels qui produisent un flux de services écosystémiques ayant une valeur économique pour l'humanité. Par exemple, les forêts séquestrent le carbone, ce qui contribue à réguler le climat ; des sols sains sont nécessaires à la production agricole ; les zones humides purifient l'eau potable ; il existe de nombreux autres exemples.

À l'heure actuelle, dans la comptabilité nationale et des entreprises, ces actifs en capital naturel ne sont souvent pas inclus dans le bilan, ce qui signifie que les changements dans le capital naturel ne sont pas comptabilisés et que la préservation de la biodiversité et des écosystèmes n'est pas suffisamment valorisée ou priorisée par les entreprises ou les gouvernements.

L'idée de la "comptabilité du capital naturel" repose sur la supposition que le capital naturel peut être tout aussi important que le capital financier, et que les stocks de capital naturel devraient donc être comptabilisés par les gouvernements et les entreprises.

Lors de la récente conférence de Rio +20 sur le développement durable, la comptabilité du capital naturel a suscité beaucoup de soutien et d'intérêt : "Rio a donné l'occasion aux pays et au secteur privé d'intensifier leur engagement en faveur de la comptabilité du capital naturel et de démontrer ses avantages potentiels à un public mondial." (Rachel Kyte, présidente du développement durable de la Banque mondiale). Ce que nous souhaitons souligner ici, c'est que la "comptabilité du capital naturel" nécessitera des approches différentes au niveau national et au niveau des entreprises.

Au niveau national, l'approche est conceptuellement simple : il s'agit de dresser un inventaire de tout le capital naturel du pays (voir par exemple l'évaluation nationale des écosystèmes du Royaume-Uni) et de calculer la "valeur économique totale" de ce stock de ressources naturelles - la valeur économique totale étant la valeur que les gens retirent d'une ressource naturelle (valeurs financières et non financières). Pour ce faire, on pourrait calculer la valeur actuelle nette des flux de valeur récurrents de l'actif, en utilisant les méthodes d'évaluation des écosystèmes. Le gouvernement peut alors être tenu responsable du maintien de ces stocks de capital naturel - les changements dans le capital naturel impliquant un changement dans le bien-être national.

La comptabilisation du capital naturel au niveau organisationnel nécessite une approche totalement différente, comme le montre l'exemple suivant d'un domaine de chasse aux tétraonidés :

Les domaines écossais de chasse aux tétraonidés gagnent de l'argent en élevant des poussins de tétraonidés, en les relâchant sur les landes du domaine et en vendant le droit de tirer ces tétraonidés à des personnes prêtes à payer pour ce droit. Ils s'appuient sur le capital naturel : un bon stock d'invertébrés dont se nourrissent les tétraonidés, des bruyères en bonne santé pour fournir un habitat aux tétraonidés et un paysage naturel évocateur pour attirer les clients sur le domaine.

Supposons qu'un couple d'aigles royaux niche chaque année dans le domaine de la grouse. Les aigles royaux chassent les tétraonidés, ce qui fait perdre au domaine une partie de ses stocks de tétraonidés et un revenu de chasse potentiel (il s'agit d'un exemple illustratif ; nous ne souhaitons pas faire de remarque sur le degré de prédation des oiseaux de proie sur le gibier à plumes).

Du point de vue de la "valeur économique totale" du capital naturel, les aigles sont un actif ; l'aigle royal est une espèce menacée très appréciée en Ecosse et génère des revenus touristiques grâce aux observateurs de la faune sauvage. Mais, pour le domaine individuel des tétraonidés, les aigles royaux semblent réduire la valeur du capital naturel du domaine - ils entraînent une perte annuelle de revenus - et ne peuvent donc pas être traités comme un actif.

Ainsi, si nous devions comptabiliser le capital naturel de ce domaine de la rumeur, les aigles sont-ils un actif ou un passif de capital naturel ?

Selon les principes actuels de comptabilité financière, nous ne pouvions pas traiter les aigles comme un actif : les aigles ont une valeur négative pour le domaine. Si nous devions traiter les aigles comme un passif, le processus de comptabilisation du capital naturel n'aurait servi qu'à justifier la persécution éventuelle des aigles, en démontrant explicitement que la présence des aigles réduit la valeur du capital naturel sur lequel repose le domaine. Cet exemple montre que si l'hypothèse maintes fois répétée selon laquelle "la biodiversité est bonne pour les affaires" ne se vérifie pas dans toutes les situations, le concept de comptabilité du capital naturel s'avère quelque peu problématique.

Alors que pour la comptabilité du revenu national, les pays incluent la "valeur économique totale" d'une ressource dans leurs comptes, au niveau organisationnel, seule la valeur financière d'une ressource est comptabilisée conformément aux principes comptables.

Dans les situations où un actif de capital naturel a également une valeur financière pour l'organisation, il aura probablement déjà été comptabilisé dans les comptes de la société. Dans le cas où un actif naturel n'est pas également un actif financier, comme dans l'exemple des aigles royaux, les principes comptables actuels ne permettent pas de reconnaître la valeur de cet actif dans les états financiers.

Une proposition de traitement de cette catégorie d'actifs de capital naturel dans les comptes financiers sera discutée dans un prochain billet.

David Jarrett d'Ecometrica participe à un webcast de l'ACCA sur l'évaluation des actifs et des passifs dans la comptabilité du capital naturel le 9 octobre 2012 à 9h30, avec des représentants de l'ACCA, de Gaia Values et de Flora and Fauna International.

Perspectives connexes

FR