Biodiversité, services écosystémiques et capital naturel : Les termes sont importants

27 novembre 2012

Il ne se passe pas un jour sans qu'une nouvelle publication soulignant l'importance de la biodiversité, des écosystèmes et du capital naturel pour les entreprises, les décideurs politiques et autres ne paraisse. Cette prolifération d'informations sur ces concepts connexes s'est également accompagnée d'une prolifération des différentes façons d'utiliser ces termes.

Pour que ces concepts soient intégrés dans l'élaboration des politiques et la prise de décision des entreprises, ces termes doivent être définis en concepts précis qui peuvent alors être

mesurés, suivis et rapportés. Lorsque ces termes sont utilisés de manière imprécise ou interchangeable, il devient plus difficile de se mettre d'accord et de construire les indicateurs solides et utiles dont ont besoin les gouvernements et les entreprises.

Une partie de la confusion dans la façon dont les gens se réfèrent à ces termes est le résultat de l'introduction et de la popularisation assez récentes du terme "capital naturel" dans ces discours. Pour beaucoup, il semblerait que ce terme ne représente qu'un changement d'image des "services écosystémiques" ou de la "biodiversité" dans le but de rendre ces concepts plus pertinents pour les entreprises ; cependant, il existe en fait une distinction assez simple et claire entre la façon dont les termes "services écosystémiques" et "capital naturel" devraient être utilisés.

Les services écosystémiques sont les flux d'avantages que les personnes tirent des écosystèmes naturels, et le capital naturel est le stock d'écosystèmes naturels dont découlent ces avantages. Ainsi, une forêt est une composante du capital naturel, tandis que la régulation du climat ou le bois d'œuvre peuvent être les services écosystémiques qu'elle fournit. Un sol sain est une composante du capital naturel, tandis que la production de nourriture ou d'énergie peut être le service écosystémique qu'il fournit. Le capital naturel est le stock de ressources qui génère des services écosystémiques. Le lien crucial entre le capital naturel et les services écosystémiques est que, lorsque l'humanité s'approprie certaines catégories de services écosystémiques à un rythme non durable, les stocks de capital naturel qui les fournissent peuvent s'épuiser.

Les services écosystémiques sont un domaine souvent confus. Par exemple, le centre de recherche agricole écossais le Institut James Hutton  font l'affirmation suivante : " Les "services écosystémiques" comprennent l'élimination des déchets, la résilience au changement climatique, l'approvisionnement en eau, la conservation de la biodiversité et la qualité des sols, par exemple. " Dans un document intitulé Sauvegarde du capital naturel il semble quelque peu pervers de décrire l'"élimination des déchets" comme un service que les écosystèmes naturels rendent à l'humanité ; l'intention est probablement de faire référence à la biorémédiation des polluants. Et la conservation de la biodiversité est-elle un service écosystémique ? Les écosystèmes naturels nous fournissent-ils des flux bénéfiques de "conservation de la biodiversité" ? La conservation de la biodiversité est une activité menée par l'homme dans le but de préserver les stocks de biodiversité - dans un sens, un service que nous fournissons aux écosystèmes, et c'est donc le contraire d'un "service écosystémique".

Une autre évolution de la terminologie au cours des dernières années a été la fusion de la "biodiversité" et des "services écosystémiques" en un seul concept : BES", un acronyme qui désigne la "biodiversité et les services écosystémiques". BES est un terme utilisé principalement dans les rapports destinés aux entreprises ; voici une variante du refrain commun (d'un Rapport de l'ACCA) : "La perte du BES expose le secteur des entreprises à une série de nouveaux risques et opportunités qui peuvent affecter les bénéfices, la valeur des actifs et les flux de trésorerie."

Les références aux BES sont problématiques parce que les flux de services écosystémiques et les stocks de biodiversité interagissent de manière très complexe, souvent de façon contraire : les flux de services écosystémiques que les humains s'approprient des écosystèmes naturels sont responsable C'est l'appropriation non durable des services écosystémiques, comme la biorestauration des déchets ou la production de nourriture, de fibres et d'énergie, qui épuise les stocks de biodiversité. Par conséquent, l'amalgame des termes "biodiversité" et "services écosystémiques" dans un même acronyme, comme si la relation était toujours symbiotique, n'a guère de sens.

Les termes sont importants dans ce domaine, car c'est à l'aide de ces termes que les entreprises, les gouvernements et les ONG tentent de mettre en place les cadres nécessaires pour maintenir les stocks de capital naturel, garantir des flux durables de services écosystémiques et préserver la biodiversité. Par conséquent, plus ces termes sont utilisés et compris clairement, mieux c'est.

 

 

Perspectives connexes

FR