L'électricité : Comment déclarer correctement les émissions

Fév 9, 2012

Introduction

La consommation d'électricité est souvent l'une des plus grandes sources d'émissions dans les inventaires de gaz à effet de serre des entreprises, et il est donc important de déclarer ces émissions correctement. Malheureusement, il est fréquent que les entreprises déclarantes déclarent de manière erronée les émissions associées aux pertes de transmission et de distribution (T&D) dans leurs émissions du champ d'application 2, alors qu'elles devraient être déclarées dans le champ d'application 3. Cette situation ne s'arrange pas lorsque des autorités de confiance, telles que le Carbon Trust, commettent la même erreur dans les outils qu'elles fournissent aux entreprises déclarantes.

Ce document explique comment déclarer correctement les émissions associées à l'achat d'électricité et présente brièvement certains cas où les fournisseurs de conseils en matière de déclaration/mesure se sont trompés.

Comment déclarer correctement les émissions associées à la consommation d'électricité du réseau ?

Le site Protocole sur les gaz à effet de serre : Une norme de comptabilité et de déclaration des entreprises a établi la convention largement utilisée de déclaration des émissions par "champ d'application" :

  • Les émissions du champ d'application 1 sont des émissions directes provenant de sources possédées ou contrôlées par la société déclarante, par exemple les émissions des chaudières ou des véhicules possédés ou exploités par la société.
  • Les émissions de portée 2 proviennent de la production d'électricité achetée (ou d'autres formes d'énergie ou de refroidissement importées).
  • Les émissions du champ d'application 3 sont toutes les autres émissions indirectes qui sont liées aux activités de la société déclarante, telles que les émissions incorporées des biens et services achetés, les déplacements professionnels dans des véhicules appartenant à des tiers, ou les émissions associées à l'électricité perdue dans le système de T&D utilisé pour fournir l'électricité achetée.

Pour une liste définitive des catégories d'émissions de portée 3, voir le GHG Protocol : Norme de comptabilisation et de déclaration de la chaîne de valeur des entreprises (champ d'application 3) https://ghgprotocol.org/standards/scope-3-standard).

Ainsi, conformément à la définition des champs d'application, les émissions associées à la production d'électricité achetée et consommée par la société déclarante sont déclarées comme champ d'application 2. Pour calculer ces émissions, il faut utiliser le facteur d'émission de l'électricité "générée" (qui indique les émissions par unité d'électricité produite).

Les émissions liées à la production de l'électricité achetée sont distinctes des émissions associées à l'électricité perdue par le système de T&D utilisé pour livrer l'électricité achetée. Pour les entreprises déclarantes qui achètent de l'électricité à partir d'un système de T&D, mais qui ne possèdent aucune partie de ce système, les émissions associées aux pertes de T&D peuvent être déclarées dans le champ d'application 3. Ces émissions sont calculées en utilisant un facteur d'émission "pertes de T&D".

Le tableau ci-dessous illustre comment les émissions provenant de l'achat d'électricité doivent être calculées et déclarées.

 

 

Montant de l'électricité achetée

 

Facteur d'émission (kgCO2e/kWh)[1]

 

Résultat (kgCO2e)

Champ d'application 2

100 kWh

*

0,48644 (facteur généré)

=

48.644

     

Portée 3

0.03817 (facteur de perte T&D)

3.817

 

Les choses sont légèrement différentes si la société déclarante possède ou exploite le système de T&D, ou produit l'électricité. Dans le cas où la société déclarante achète de l'électricité à un producteur d'énergie et la transporte via un système de T&D qu'elle possède ou exploite, les émissions associées à l'électricité perdue par le système doivent être déclarées comme relevant du champ d'application 2 (le propriétaire/exploitant du système de T&D "utilise" l'électricité perdue pour faire fonctionner le système).

Enfin, pour une entreprise qui produit de l'électricité et la transporte par le biais d'un système de T&D qu'elle possède ou exploite, les émissions associées aux pertes de T&D seront déjà prises en compte dans les émissions du champ d'application 1 de l'entreprise (provenant de la combustion de tout combustible utilisé pour produire l'électricité) et ne devront pas être rapportées à nouveau dans le champ d'application 2 ou 3.

Les orientations énoncées ci-dessus figurent également à l'annexe A du document intitulé Protocole sur les gaz à effet de serre : Une norme de comptabilité et de déclaration des entreprises (page 86), et des conseils clairs sont également disponibles à l'adresse suivante https://www.ghgprotocol.org/calculation-tools/faq#TandD.

Les entreprises déclarantes commettent souvent l'erreur d'utiliser un facteur d'émission "consommé", qui est essentiellement la somme du facteur "généré" et du facteur "pertes de T&D", et de déclarer le résultat dans le champ d'application 2 (alors que la composante "pertes de T&D" devrait être dans le champ d'application 3). Cette erreur peut conduire à des comparaisons injustes entre les émissions du champ d'application 2 des entreprises déclarantes (si une entreprise déclare correctement et une autre non). Les émissions de pertes de T&D peuvent représenter jusqu'à 25% d'émissions générées, et donc inclure les émissions de pertes de T&D dans le champ d'application 2 peut fausser les chiffres de manière significative.

Fournisseurs de conseils sur la déclaration/mesure des gaz à effet de serre

Les orientations fournies par le Defra dans le Directives 2011 relatives aux facteurs de conversion des GES du Defra/DECC pour les rapports des entreprises et son Guide sur la façon de mesurer et de déclarer vos émissions de gaz à effet de serre est en grande partie correct. Cependant, dans ce dernier document, il y a une note de bas de page légèrement trompeuse (note de bas de page 41 à la page 46), qui dit que l'électricité "qui est perdue dans la transmission et la distribution à l'utilisateur final est prise en compte dans le facteur britannique "grid rolling average"". C'était vrai pour la publication des facteurs d'émission du Defra en 2009, mais les publications ultérieures fournissent des facteurs distincts pour la "production", les "pertes" et la "consommation", et seul le facteur "consommation" inclut à la fois les émissions produites et les émissions de pertes de T&D. La note de bas de page peut amener les entreprises déclarantes à croire que les pertes de T&D ne peuvent pas être séparées des émissions "générées".

En outre, les orientations du Defra pourraient être étendues pour clarifier les cas légèrement plus compliqués où la société déclarante achète de l'électricité et est le propriétaire/exploitant du système de T&D, ou lorsque la société déclarante est le producteur de l'électricité. Actuellement, les orientations ne couvrent pas ces cas.

Le Carbon Trust est un fournisseur de conseils pour la mesure des gaz à effet de serre qui s'est trompé dans la déclaration des émissions de l'électricité achetée. La feuille de calcul téléchargeable pour la norme Carbon Trust, Feuille de calcul de l'empreinte carbone (v4.0), utilise un facteur d'émission "consommé" et a déclaré le résultat en tant que champ d'application 2. De nombreuses entreprises déclarantes s'appuient sur le Carbon Trust comme guide de bonnes pratiques, et bien que la feuille de calcul soit destinée à servir d'outil d'aide à la décision pour les entreprises. mesure plutôt que d'en rendre compte, cette erreur de déclaration a inévitablement été reproduite par un certain nombre d'entreprises.

Le Carbon Trust Standard est maintenant conscient de l'erreur dans la feuille de calcul et a publié une version modifiée (malheureusement aussi appelée "v4.0"), dans laquelle les émissions d'électricité calculées en utilisant le facteur "consommé" sont maintenant intitulées "scope 2, 3". Toutefois, il convient de noter que la meilleure pratique consiste à déclarer les émissions séparément par champ d'application, et non à agréger les émissions entre différents champs d'application. Il est important que les entreprises n'utilisent pas la feuille de calcul de la norme Carbon Trust comme un exemple de bonne pratique pour la déclaration des émissions.

Références

  • Carbon Trust (2012). Carbon Trust Standard Carbon Footprint Spreadsheet (v4.0).  
  • Defra (2009). Guidance on How to Measure and Report Your Greenhouse Gas Emissions.  
  • Defra (2011). 2011 Guidelines to Defra/DECC's GHG Conversion Factors for Company Reporting.  
  • WBCSD/WRI (2004). Le Protocole sur les gaz à effet de serre : Une norme de comptabilité et de déclaration des entreprises.  
  • WBCSD/WRI (2011). Le Protocole sur les gaz à effet de serre : Norme de comptabilité et de déclaration pour la chaîne de valeur des entreprises (champ d'application 3). 

[1] Les facteurs d'émission moyens mobiles du réseau britannique de 2009 (Defra 2011).

Perspectives connexes

L'ISSB publie un projet d'informations sur la durabilité et le climat

L'ISSB publie un projet d'informations sur la durabilité et le climat

L'International Sustainability Standards Board (ISSB) a publié ses projets de divulgation liés à la durabilité et au climat le 31 mars 2022. Pour de nombreuses entreprises cotées en bourse, il s'agit d'un nouveau domaine d'information qui a de profondes répercussions sur la collecte, le calcul, l'audit et la communication des données.
FR