Ce qu'il faut savoir sur le CSRD de l'UE

AUTEUR - Michela Tallarico

EU CSRD : Obligations et calendrier des prochaines règles en matière de rapports sur le développement durable en Europe

Qu'est-ce que le CSRD de l'UE ?

La directive de l'UE sur les rapports de durabilité des entreprises (CSRD) est une nouvelle politique de reporting qui a été développée par la Commission européenne. Groupe consultatif pour l'information financière en Europe (EFRAG) à la demande de la Commission européenne. Elle remplacera et améliorera l'actuelle directive sur l'information non financière (NFRD) et devrait changer la donne en matière d'information sur le développement durable en Europe, en la rendant plus complète et plus normalisée.

Conformément aux nouvelles lignes directrices du CSRD de l'UE, les organisations devront présenter des informations sur le développement durable dans divers domaines liés aux défis environnementaux et sociaux, et détailler la manière dont leur stratégie commerciale atténuera et réduira les risques liés à ces aspects environnementaux et sociaux. En suivant les nouvelles lignes directrices, les entreprises devront également tenir compte de leur double matérialité et en rendre compte, ce qui représente un changement important par rapport à l'ancienne réglementation du NFRD et signifie qu'il faut tenir compte des impacts internes et externes ainsi que des risques externes.

La norme précédente s'appliquait à un plus petit nombre d'entreprises que la norme CSRD de l'UE, dont les critères d'inclusion sont beaucoup plus nombreux. En ce qui concerne la normalisation, bien que tous les détails n'aient pas encore été divulgués, l'Union européenne a décidé d'adopter la norme CSRD. UE CSRD semble s'aligner sur les normes d'information déjà largement reconnues, telles que les normes de l Taxonomie de l'UE, GRI, SASB et TCFDIl en résultera moins d'imprécisions dans les exigences en matière d'établissement de rapports, une meilleure cohérence des données et une plus grande transparence. À plus grande échelle, un système financier européen plus égalitaire sera rendu possible du fait que les parties prenantes pourront fonder leurs décisions sur des données de durabilité normalisées et facilement accessibles.

Qui doit lui rendre compte ?

Le champ d'application des entreprises tenues de faire rapport dans le cadre du CSRD de l'UE sera nettement plus large que celui du NFRD, qui se limitait aux grandes entreprises européennes cotées en bourse. Près de 50 000 entreprises, soit près des trois quarts de toutes les entreprises de l'Espace économique européen (EEE), sont désormais censées se conformer au nouveau cadre. Les entreprises devront obligatoirement s'y conformer :

Toutes les sociétés cotées sur le marché réglementé de l'UE, y compris les PME cotées (à l'exception des micro-entreprises). ? Les PME bénéficieront d'une période transitoire de trois ans et d'avantages substantiels pour se conformer aux exigences, c'est-à-dire qu'elles seront proportionnellement soumises à un nombre limité d'obligations d'information par rapport aux grandes entreprises, qui n'engloberont pas tous les domaines d'information.

Toutes les grandes entreprises ? Le CSRD considère qu'une grande entreprise est une entreprise qui répond à deux des trois critères suivants :

  • 250+ employés pendant l'année de référence
  • plus de 40 millions d'euros de chiffre d'affaires net
  • plus de 20 millions d'euros d'actifs totaux

Entreprises non européennes ? Pour autant qu'elles génèrent un chiffre d'affaires net supérieur à 150 millions d'euros dans l'UE et ont au moins une filiale dans l'Union européenne, elles seront obligées de rendre compte au CSRD de l'UE à un niveau consolidé global.

Quand se met-il en place ?

Bien que des retards et des changements soient encore possibles, le CSRD de l'UE devrait être mis en œuvre progressivement à partir de janvier 2024. Toutes les grandes entreprises qui se conforment déjà à l'actuel DRN seront les premières à se conformer au nouveau règlement à partir du 1er janvier 2025, pour leur exercice financier commençant en 2024. Ensuite, ce sera au tour des grandes entreprises qui, pour l'instant, ne sont pas soumises au RFND. Celles-ci devront publier leur exercice 2025 à partir de janvier 2026. Enfin, les entreprises non européennes ayant au moins une filiale en Europe et les petites et moyennes entreprises (PME) devront déclarer leur exercice 2028 à partir de janvier 2029. Pour ces dernières, il est également possible de commencer à déclarer volontairement à partir de 2027 (en déclarant l'exercice 2026).

*Le premier rapport CSRD "opt-in" pour les PME est prévu pour 2027, l'exercice commençant en 2026.

Pourquoi est-ce important et comment cela va-t-il affecter la divulgation d'informations par les entreprises ?

Ce règlement se veut beaucoup plus ambitieux et détaillé que l'actuel NFRD et les informations devront être divulguées publiquement par les entreprises. Les nouveaux rapports sur le développement durable ne couvriront pas seulement les paramètres de comptabilisation des GES, mais aussi les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance, notamment :

Les questions environnementales seront au centre du cadre et seront alignées sur les réglementations existantes, y compris, par exemple, la loi sur la protection de l'environnement. Taxonomie de l'UEla communication d'informations sur les risques climatiques, conformément à l'approche de la TCFDet le Initiative sur les objectifs fondés sur la science. En outre, des détails supplémentaires sur les questions sociales de la société déclarante, y compris le rôle du directoire et du conseil de surveillance, les pratiques de traitement des employés, l'éthique de l'entreprise, ainsi que les politiques de lutte contre les pots-de-vin et la corruption et les perspectives de gouvernance, doivent être inclus.

Le concept de "double matérialité", c'est-à-dire les impacts internes et les risques externes, constitue un ajout essentiel au CSRD de l'UE. La "double matérialité" exige des entreprises qu'elles rendent compte à la fois de l'impact de la durabilité sur les segments de leur bilan et de l'impact des entreprises sur l'environnement et la société. Ce principe unique vise à encourager les organisations à rendre compte de leur impact au sein d'un écosystème commercial, en adoptant une vision centrée sur les parties prenantes de l'entreprise et sur l'impact qu'elle a sur toutes les parties prenantes. Les perspectives financières traditionnelles ou de matérialité unique se concentrent sur le risque extérieur à la valeur de l'entreprise que représentent les questions sociales et environnementales. Le fait d'exiger le principe de la "double matérialité" lors de la divulgation de toutes les informations pertinentes est un développement clé dans le cadre du CSRD de l'UE.

Enfin, pour la première fois dans la législation européenne relative au développement durable, les entreprises devront être prêtes à faire évaluer leurs données par un auditeur tiers indépendant afin de se conformer à la norme. La collecte de chiffres clés quantifiables, la fixation d'objectifs concrets et le rapport sur l'état d'avancement de la réalisation de ces objectifs constituent les principaux défis de la nouvelle obligation d'information. Toutefois, cette obligation renforcera la crédibilité et la comparabilité des entreprises sur le marché et attirera davantage d'investisseurs et de parties prenantes grâce à la présentation de plans d'action tangibles en matière de climat.

Comment Ecometrica peut-elle vous aider ?

Si votre entreprise est concernée par la nouvelle réglementation européenne CSRD et que vous envisagez de préparer vos rapports d'émissions et vos processus de reporting CSRD, Ecometrica peut suivre et rapporter votre empreinte carbone, contrôler votre risque climatique et enregistrer les indicateurs ESG requis.

Nous sommes des experts accrédités en matière de mesures climatiques et, depuis 2008, nous permettons aux organisations et aux secteurs publics du monde entier de divulguer de manière efficace et transparente leur impact sur le climat, conformément aux normes les plus récentes. Grâce à notre plateforme de reporting sur le développement durable et aux conseils et à l'expertise de nos analystes en développement durable, nous nous assurons que vos données sont solides et précises, qu'elles sont prêtes à être auditées et qu'elles répondent aux critères de reporting et de divulgation. Nos experts en développement durable suivent de près l'évolution des exigences réglementaires, ce qui permet à nos clients de garder une longueur d'avance dans un paysage d'exigences de divulgation en matière de développement durable en constante évolution.

Temps de lecture : 8 minutes

Date de publication : mai 9, 2023

Partager :

TLDR :

La directive européenne sur les rapports de durabilité des entreprises (CSRD) est un nouveau cadre de reporting qui sera mis en place progressivement à partir de 2024 en Europe. Cette nouvelle réglementation remplacera et améliorera la précédente politique de reporting sur le développement durable des entreprises, appelée directive sur le reporting non financier (NFRD), que certaines entreprises ont déjà suivie.

Tags

Haut de page