Nouvelles exigences en matière de rapports pour les contractants fédéraux américains

Le 10 novembre 2022, l'administration Biden-Harris a fait une proposition historique pour protéger les chaînes d'approvisionnement de l'administration fédérale américaine contre les risques liés au climat. Intitulée "Federal Supplier Climate Risks and Resilience Rule" (règle sur les risques climatiques et la résilience des fournisseurs fédéraux), l'administration propose d'obliger les principaux fournisseurs fédéraux à fixer des objectifs scientifiques et à divulguer publiquement leurs émissions de gaz à effet de serre et leurs risques financiers liés au climat.

Les États-Unis sont le plus grand acheteur de biens et de services au monde, avec des achats d'une valeur de $630 milliards de dollars pour la seule année fiscale écoulée. Cela signifie qu'ils sont également confrontés à de nombreux risques liés au climat, étant donné qu'avec une chaîne d'approvisionnement plus importante, les perturbations ont un impact potentiel plus grand. La règle suivrait de près Groupe de travail sur la divulgation d'informations financières liées au climat (TCFD), Objectifs fondés sur la science (SBTi) ainsi que les critères de la Cadre de reporting du CDP (Carbon Disclosure Project).

La règle proposée établit des exigences en matière de rapports pour les fournisseurs, qui ont été confrontés à de nombreuses perturbations au cours de l'année écoulée et qui ont eu un impact sur tous les secteurs de l'économie. Les entrepreneurs fédéraux aux États-Unis représentent plus de la moitié de la capitalisation boursière mondiale. Cela souligne l'importance de la nécessité d'une divulgation publique obligatoire afin d'accroître la résilience de la chaîne d'approvisionnement fédérale.

Un an après la publication de la règle, tout contractant recevant des contrats annuels d'une valeur égale ou supérieure à 50 millions de dollars américains serait tenu de divulguer publiquement ses émissions des champs d'application 1 et 2 par l'intermédiaire du CDP et, dans un délai de deux ans, de divulguer les émissions du champ d'application 3 et de fixer des objectifs validés par l'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail. SBTi. Les petits contractants ne seraient tenus de déclarer publiquement que leurs émissions des champs d'application 1 et 2, et les contractants recevant moins de $7,5 millions USD par an en seraient exemptés.

Cette annonce de la Maison Blanche intervient un peu plus d'un an après que le gouvernement britannique a publié l'avis de marché public 06/21 (PPN 06/21), qui impose à toutes les entreprises britanniques souhaitant soumissionner pour des marchés publics d'une valeur égale ou supérieure à 5 millions de livres sterling, d'effectuer les opérations suivantes mesurer leurs émissions de carbone et s'est fixé pour objectif d'atteindre l'objectif NetZero d'ici à 2050. La divulgation publique de ces émissions porte sur les champs d'application 1 et 2 et partiellement sur le champ d'application 3.

Si la proposition de l'administration Biden-Harris entre en vigueur, il s'agira de la première stratégie gouvernementale visant à imposer la divulgation et la gestion des risques climatiques auxquels sont confrontés l'économie, les entreprises et les citoyens américains. Cette annonce va de pair avec de nombreuses propositions de réglementations sur la divulgation obligatoire d'informations au public, annoncées dans le monde entier. La normalisation et l'unification des différentes normes cadres telles que l'ISSB et la TCFD sont intégrées dans la majorité des propositions. Il pourrait bien s'agir de la prochaine règle d'un changement historique à l'échelle mondiale visant à rendre obligatoire la divulgation d'informations sur le climat.

Temps de lecture : 3 minutes

Date de publication : janvier 10, 2023

Partager :

TLDR :

Dans cet article de blog, nous avons décomposé les exigences pour aider les entreprises et les institutions financières canadiennes à se mettre à niveau en matière de rapports obligatoires sur le climat.

Tags

Haut de page