Le casse-tête de la déclaration des gaz à effet de serre auquel sont confrontées les entreprises pétrolières et gazières

26 août 2014

Dr Richard TipperLa surveillance des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans la chaîne d'approvisionnement est désormais une pratique courante dans le secteur pétrolier et gazier. Mais alors que les parties prenantes exigent une plus grande transparence et que de nouvelles formes de production d'énergie apparaissent, comment l'industrie peut-elle relever le défi d'un suivi précis et rentable des impacts environnementaux, et de la déclaration des gaz à effet de serre, dans des chaînes d'approvisionnement complexes ?

La réponse réside peut-être en partie dans l'éducation. Alors que la demande d'assurance et d'information sur la durabilité - de la part des consommateurs, des investisseurs et des régulateurs - ne cesse de croître, de nombreux initiés du secteur pétrolier et gazier se posent la question suivante : "Les parties prenantes comprennent-elles réellement les données et les implications pour notre secteur ?" Malheureusement, il semblerait que, trop souvent, la réponse soit négative. Après tout, il n'est possible d'avoir une conversation sensée sur les améliorations à apporter que sur la base d'une bonne compréhension de la nature du problème.

Un défi majeur réside dans le fait que la collecte, l'analyse et la diffusion des informations relatives aux impacts environnementaux augmentent à mesure que les chaînes d'approvisionnement deviennent plus complexes. Au fur et à mesure que l'industrie se diversifie dans d'autres formes de production d'énergie, les implications plus larges concernant, par exemple, la déforestation, la biodiversité et la pénurie d'eau, signifient que les entreprises devront collecter et partager en permanence des données significatives à haute résolution. Une stratégie potentielle pourrait voir les entreprises acquérir des données à distance à partir de satellites en orbite et exploiter ces données en utilisant des technologies basées sur le web. Il est ainsi possible d'acquérir, de stocker et d'analyser des données en temps quasi réel, en haute résolution ou sur de vastes zones géographiques, en tirant parti de l'omniprésence des navigateurs web et du traitement et du stockage en nuage.

On attendra de plus en plus des entreprises qu'elles prennent des décisions d'achat mieux informées et qu'elles transforment ces informations en un outil de communication précieux qui renforce la confiance des investisseurs, des actionnaires et des clients. Parallèlement, il faudra s'attacher davantage à expliquer pourquoi les données relatives à l'impact environnemental varient selon les entreprises, les zones géographiques et les actifs de production, et le fait que certaines entreprises qui déclarent des émissions plus élevées ne sont pas nécessairement moins efficaces ou moins bien gérées.

Lisez la suite de cet article, y compris les trois recommandations de Richard pour résoudre ces problèmes, sur le site web de European Oil & Gas >.

Perspectives connexes

FR