Les exigences en matière de rapports obligatoires sur le carbone sont renforcées

24 juin 2013

Paul Hatchwellpar Paul Hatchwell, rédacteur principal, The ENDS Report : Le journal de la politique et des affaires environnementales au Royaume-Uni.
www.endsreport.com

Les entreprises britanniques cotées en bourse sont désormais tenues d'intégrer un rapport sur les émissions de carbone dans leurs rapports annuels à partir du 1er octobre, mais elles peuvent le faire de manière flexible, après qu'un projet de loi ait été présenté au Parlement le 12 juin.

Ce droit a été introduit via une modification de la loi sur les sociétés de 2006. Elle s'appliquera à tous les rapports d'entreprise couvrant les exercices financiers qui se terminent le 30 septembre 2013 ou après, et constitue une exigence de la loi sur le changement climatique de 2008.

La principale modification apportée par la législation, outre l'introduction d'une section de rapport stratégique, est contenue dans la partie 7, qui traite de la divulgation des gaz à effet de serre dans les rapports des administrateurs.

Cette section exige que le rapport indique "la quantité annuelle d'émissions en tonnes d'équivalent dioxyde de carbone provenant des activités dont cette entreprise est responsable", y compris la combustion de carburant et l'exploitation de toute installation (émissions de portée 1). En outre, les entreprises doivent divulguer les émissions annuelles indirectes résultant de l'importation d'électricité, de chaleur, de vapeur ou de refroidissement pour leur propre usage (champ d'application 2).

La méthodologie utilisée doit être clairement indiquée, et les données d'émissions équivalentes pour l'exercice précédent doivent également être incluses. Les émissions des six gaz du protocole de Kyoto doivent être incluses, mais déclarées sous forme de CO2équivalent.

Mais les entreprises ne sont tenues de le faire que "dans la mesure où il est pratique pour l'entreprise d'obtenir ces informations". Si elles ne peuvent pas le faire, le rapport doit indiquer quelles informations manquent et pourquoi. Si les informations concernent une période différente de celle du rapport de l'administrateur, cela doit également être précisé.

Le rapport des administrateurs doit également inclure "au moins un ratio qui exprime les émissions annuelles de la société cotée par rapport à un facteur quantifiable associé aux activités de la société", autrement dit l'intensité carbonique.

Directives

Des lignes directrices attendues depuis longtemps sur la déclaration des émissions et les facteurs d'émissions utilisés pour calculer l'intensité carbonique de la consommation d'électricité ont également été publiés en parallèle par le DEFRA.2Les lignes directrices du DEFRA couvrent également des rapports de performance environnementale plus larges sur l'eau, les déchets, l'efficacité des ressources et les émissions de gaz autres que le CO2des émissions.

Les lignes directrices sont conçues pour répondre à plusieurs besoins et comprennent des sections obligatoires et volontaires. Un nouveau marché important couvre désormais le carbone dans la conformité des rapports annuels de durabilité des secteurs des entreprises, des départements gouvernementaux et non ministériels, des agences et des organismes publics non ministériels. Les conseils d'Angleterre ont également été invités par le gouvernement à mesurer et à déclarer les émissions provenant de leur propre domaine et de leurs activités.

Les lignes directrices obligatoires ne couvrent que les exigences minimales et les entreprises obligées peuvent souhaiter utiliser les lignes directrices volontaires pour aller au-delà de celles-ci.

Les lignes directrices sur la déclaration obligatoire indiquent que la déclaration annuelle des émissions devrait idéalement être alignée sur l'exercice financier de l'entreprise. L'utilisation d'une période différente doit être clairement expliquée, "et la majorité de votre année de déclaration des émissions doit toujours correspondre à la période indiquée dans le rapport des administrateurs", précisent-elles.

Elles stipulent qu'une entreprise doit rendre compte des émissions matériellement importantes dont elle est responsable, ce qui couvre normalement les émissions des champs d'application 1 et 2 dans les activités sur lesquelles elle exerce un contrôle.

Il n'existe pas de méthodologie prescrite pour l'établissement des rapports, mais outre les dernières directives du DEFRA, des normes largement utilisées telles que la norme ISO14064 sur les gaz à effet de serre, le protocole sur les gaz à effet de serre du WRI/WBCSD, le Climate Disclosure Standards Board Climate Change Reporting sont recommandées.

Les données relatives aux émissions provenant de systèmes de conformité tels que le système d'échange de quotas d'émission de l'UE, le système d'efficacité énergétique du CRC et les accords sur le changement climatique ou les systèmes de déclaration et de divulgation d'autres pays sont autorisées. Toutefois, ces systèmes peuvent ne pas couvrir toutes les émissions pertinentes, préviennent les lignes directrices.

L'accent est mis sur l'élimination des éléments inutiles et déroutants et sur la concentration sur les émissions matériellement importantes qui expliquent les tendances et les événements clés. Les émissions du champ d'application 3 provenant de l'utilisation des produits par les clients et des chaînes d'approvisionnement ne sont pas obligatoires, mais peuvent être déclarées séparément si elles donnent une image plus claire de l'empreinte carbone globale.

Mais ils soulignent également la nécessité de déclarer les émissions qui sont couvertes par le périmètre souvent différent de l'état financier consolidé, y compris les opérations à l'étranger, ou d'expliquer pourquoi elles n'ont pas été couvertes. Sur la base du principe du contrôle de l'activité, une entreprise peut décider d'inclure les émissions sur lesquelles elle exerce un contrôle opérationnel mais pas financier. Dans d'autres cas, une activité externalisée, attirée par le rapport financier consolidé, peut être exclue, mais cette omission doit être expliquée.

Les chiffres des émissions doivent reprendre les émissions de l'année précédente à côté de celles de l'année en cours, sauf pour la première année de déclaration. Il s'agit d'un "comparateur glissant sur un an". Mais le document suggère que les entreprises ayant un historique de déclaration volontaire peuvent souhaiter inclure cette information. Il n'est pas obligatoire de recalculer les émissions de l'année précédente en cas de restructuration importante de l'entreprise, mais si cela est fait, cela doit être clairement indiqué.

Intensité de carbone

L'obligation de fournir des ratios d'intensité de carbone vise à permettre "la comparaison des performances dans le temps et avec d'autres types d'organisations similaires". Un ou plusieurs ratios doivent être fournis pour l'ensemble de l'entreprise, mais les entreprises peuvent également fournir d'autres mesures couvrant tout ou partie de l'organisation.

Il n'est pas nécessaire de procéder à une vérification ou à une assurance indépendante des données relatives aux émissions, mais le DEFRA le recommande car cela permet d'accroître la confiance en interne et pour les parties prenantes externes. Les vérificateurs financiers évalueront les données pour s'assurer de leur cohérence avec les données financières, et devront discuter avec les directeurs des erreurs ou de la non-conformité qu'ils rencontrent au cours de leur audit financier légal. Cela peut inclure des réserves sur leur propre rapport.

Mais les orientations du DEFRA s'appliquent également à toutes les organisations qui rendent compte volontairement de leurs émissions de carbone et à celles qui utilisent des indicateurs clés de performance (ICP). En dehors des entreprises couvertes par la nouvelle réglementation, les investisseurs, les actionnaires et les autres parties prenantes s'attendent de plus en plus à des divulgations environnementales volontaires plus complètes dans les rapports et comptes annuels. Cette tendance se traduit également par une pression croissante sur les fournisseurs pour qu'ils publient des rapports.

Les directives volontaires du DEFRA fournissent également des informations supplémentaires sur les principes de conformité. Elles mettent l'accent sur sept principes de reporting : pertinence, indicateurs clés de performance quantitatifs et mesurables, exactitude, exhaustivité, cohérence, comparabilité et transparence. Il existe également des conseils supplémentaires sur les limites de l'organisation, la portée, les ratios d'intensité et l'identification des risques et des opportunités.

Commentant le projet de règlement, Paul Holland, directeur des services de conseil en matière de développement durable chez les consultants KPMG, a déclaré que les entreprises "doivent se réveiller aux exigences de déclaration des émissions". Il a prévenu que les entreprises dont l'exercice se termine en décembre sont déjà à mi-chemin de la première période de déclaration. Et il a prédit une ruée d'appels aux consultants suite aux nouvelles réglementations et une pression croissante des comités d'audit.

Selon M. Holland, même les grandes entreprises cotées en bourse qui publient déjà des informations doivent s'assurer que leurs pratiques actuelles reflètent les nouvelles directives.

Le Dr Richard Tipper, directeur général d'Ecometrica, a déclaré : "L'importance statutaire des rapports environnementaux a maintenant été élevée au même niveau que les informations financières... Les directeurs ne voudront pas seulement avoir l'assurance que ces chiffres sont corrects, mais aussi une compréhension approfondie de la façon dont ils se répartissent dans l'entreprise, par type de gaz à effet de serre et par zone géographique."

Christine St John Cox, responsable des connaissances en matière de gestion du carbone pour Ricardo-AEA, a souligné que la vérification peut être nécessaire pour réduire le risque commercial en prévenant les erreurs et en évitant un retraitement des rapports annuels.

Elle a souligné que les émissions de carbone "peuvent être incluses dans la portée d'un audit ou d'un processus de vérification lorsque l'impact environnemental d'une entreprise est susceptible d'influencer sa situation financière". La vérification peut également mettre en évidence les professionnels et les opportunités commerciales. 

 

Perspectives connexes

L'ISSB publie un projet d'informations sur la durabilité et le climat

L'ISSB publie un projet d'informations sur la durabilité et le climat

L'International Sustainability Standards Board (ISSB) a publié ses projets de divulgation liés à la durabilité et au climat le 31 mars 2022. Pour de nombreuses entreprises cotées en bourse, il s'agit d'un nouveau domaine d'information qui a de profondes répercussions sur la collecte, le calcul, l'audit et la communication des données.
FR