La déclaration des émissions de carbone ouvre la voie à de nouvelles sources de revenus - Accountancy Age

12 juillet 2012

Directeur des opérations d'Ecometrica, Gary Davis
L'annonce du gouvernement de coalition selon laquelle les sociétés cotées à la Bourse de Londres seront tenues de déclarer leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) à partir d'avril prochain en a surpris plus d'un.

Bien que salué par un mélange éclectique de parties prenantes, de la CBI aux lobbyistes de l'environnement, le fait que le gouvernement n'ait pas intégré le rapport obligatoire sur les émissions de carbone dans la loi sur les sociétés a été considéré par certains comme un signal indiquant que la question avait été reléguée aux oubliettes.

L'annonce faite le mois dernier constitue un changement d'étape dans l'engagement du Royaume-Uni à lutter contre le changement climatique. Toutes les grandes entreprises cotées en bourse, soit environ 1 800, pourraient être tenues de déclarer leurs émissions de GES à partir d'avril 2013.

L'impact sur les cabinets d'experts-comptables devrait être important, car les clients se tournent vers leurs conseillers pour obtenir de l'aide sur les implications plus larges et la mise en œuvre pratique du nouveau cadre. La définition de "service complet" ayant changé du jour au lendemain, la majorité des cabinets ont peu ou pas d'expertise, de ressources ou d'expérience en matière de comptabilité des GES.

Cependant, ceux qui prennent la décision d'investir dans les compétences, le personnel et les systèmes peuvent s'attendre à renforcer les relations avec les clients existants et à attirer de nouvelles affaires grâce aux services liés aux GES, tels que les rapports et les audits.

L'un des points forts de la nouvelle obligation de déclaration est qu'elle inscrit dans la législation les meilleures pratiques existantes en matière de comptabilisation des GES, qui obligent les entreprises britanniques à déclarer tous les gaz à effet de serre, et pas seulement le CO2 niveaux.

Ces exigences sont inévitablement un gros casse-tête pour les entreprises qui ne connaissent pas les émissions, qui les déclarent ou qui s'appuient sur des feuilles de calcul pour estimer les émissions de CO2. Toutefois, cela offre aux comptables la possibilité d'ajouter une valeur considérable, en facilitant la mise en conformité des clients.

Pour s'assurer une part de ce nouveau marché, la clé pour les entreprises sera de tirer parti des compétences transférables existantes, ainsi que de celles des professionnels de la comptabilité des GES. Cela permettra d'introduire une offre de services crédibles en matière d'émissions à côté des services plus traditionnels.

La discipline de la comptabilité des gaz à effet de serre est très similaire à la comptabilité financière, mais avec une étape supplémentaire consistant à traduire les données d'activité ou de coût en émissions de CO2 qui est une méthode courante pour exprimer tous les gaz à effet de serre par rapport au CO2. Les comptables constateront donc que la plupart des données et des propriétaires de données avec lesquels ils travaillent sont très similaires, voire identiques, à ceux de la comptabilité financière. Les cycles de déclaration des finances et des émissions seront également alignés.

L'aptitude naturelle des comptables à la comptabilité des gaz à effet de serre s'ajoute à l'existence du marché de la déclaration volontaire des GES, qui a donné naissance à un certain nombre de sociétés de conseil spécialisées et d'outils logiciels, dont certains permettent déjà à une poignée de sociétés cotées au LSE de se conformer à la réglementation.

Cette expertise fournira l'éclairage nécessaire sur les normes qui régissent la comptabilisation des GES, les meilleures pratiques et le type de services qui permettront aux entreprises de se conformer aussi facilement que possible. Certaines entreprises peuvent même prendre la décision stratégique de s'associer à des entreprises spécialisées dans les GES, afin d'offrir un service complet.

Les clients chercheront des moyens efficaces et rentables de se mettre en conformité, qui permettent également de modifier à l'avenir les facteurs d'émission, les méthodes de calcul ou même les exigences de déclaration. Un critère essentiel est donc que les systèmes aient la capacité de calculer et de déclarer automatiquement les émissions de tous les GES dans n'importe quelle partie du monde où la société opère, en utilisant des facteurs d'émission actuels et à jour. L'absence de prise en compte de ces facteurs peut entraîner l'échec des audits et des re-déclarations coûteuses.

Au cours des prochains mois, le ministère de l'environnement, de l'alimentation et des affaires rurales devrait fournir de nouvelles orientations sur les exigences en matière de déclaration des GES. Dans l'intervalle, les clients rechercheront un soutien et des conseils opportuns de la part de leurs conseillers professionnels, qui non seulement garantiront la conformité mais permettront également aux organisations de fixer des budgets appropriés et de prévoir des provisions dans leurs propres comptes pour ce travail.

Le défi pour les cabinets d'experts-comptables est de s'assurer qu'ils disposent des compétences, de l'expertise et des solutions pour fournir ces services, soit en interne, soit avec des cabinets spécialisés.

Peu d'observateurs s'opposent à ce que la décision de rendre obligatoire l'établissement de rapports pour les sociétés cotées au LSE soit le début d'un régime plus large couvrant un nombre beaucoup plus important de sociétés.

Les ministres doivent décider en 2015 s'il convient d'étendre la déclaration obligatoire des GES à toutes les grandes entreprises l'année suivante, ce qui pourrait concerner plus de 30 000 sociétés. Pour les cabinets d'experts-comptables qui ont établi leur réputation dans les premiers stades de ce secteur en pleine émergence, que ce soit par le biais de la déclaration volontaire ou obligatoire, il existe une opportunité considérable d'élargir l'offre de services existante et de conquérir de nouvelles parts de marché.

Plus d'informations sur Accountancy Age >

 

Perspectives connexes

L'ISSB publie un projet d'informations sur la durabilité et le climat

L'ISSB publie un projet d'informations sur la durabilité et le climat

L'International Sustainability Standards Board (ISSB) a publié ses projets de divulgation liés à la durabilité et au climat le 31 mars 2022. Pour de nombreuses entreprises cotées en bourse, il s'agit d'un nouveau domaine d'information qui a de profondes répercussions sur la collecte, le calcul, l'audit et la communication des données.
FR