Que signifie pour les entreprises le règlement final sur la déclaration obligatoire des GES ?

14 juin 2013

Directeur des opérations d'Ecometrica, Gary DavisMaintenant que le obligation de déclarer les émissions de gaz à effet de serre (GES) dans les rapports des administrateurs a été déposé devant le Parlement, nous pouvons voir le texte final du instrument statutaire et réfléchir à ce que cela signifie pour les sociétés déclarantes.

Par rapport à la version précédente du règlement, il y a quelques changements importants à noter. Le premier changement, qui est d'ordre cosmétique, est que les exigences de déclaration des GES ont été combinées avec un certain nombre d'autres changements d'exigences de déclaration dans un seul instrument statutaire.

Le deuxième point, le plus important, est que le règlement est maintenant plus souple quant à la façon dont les compagnies déterminent la portée des émissions de GES qu'elles déclarent. Le règlement précédent stipulait que les compagnies devaient déclarer "les émissions pour tous les locaux, machines ou équipements exploités, possédés ou contrôlés par la compagnie...", une exigence très claire et prescriptive, qui facilitait la définition de la portée de la déclaration, mais qui aurait pu imposer à certaines compagnies des défis onéreux en matière de collecte de données.

Cependant, dans la réglementation finale, cette formulation a été adoucie en "La déclaration doit indiquer la quantité annuelle d'émissions en tonnes d'équivalent dioxyde de carbone provenant des activités dont l'entreprise est responsable....", laissant clairement aux entreprises le soin de décider ce qu'elles doivent déclarer. Cela donne aux entreprises la possibilité de déclarer les sources d'émissions sur lesquelles elles peuvent facilement agir et pour lesquelles elles peuvent obtenir des données fiables, ce qui devrait alléger les charges de collecte de données trop lourdes. Toutefois, cela signifie qu'il faut davantage de réflexion et de justification pour définir la portée de la déclaration, car il n'existe pas de "bonne réponse", mais seulement des degrés d'interprétation.

Un autre nouvel ajout est l'apparition du principe "rapporter ou expliquer" qui est clairement énoncé au paragraphe 15.4 ; "Les sous-paragraphes (2) et (3) ne s'appliquent que dans la mesure où il est pratique pour la société d'obtenir les informations en question ; mais lorsqu'il n'est pas pratique pour la société d'obtenir tout ou partie de ces informations, le rapport doit indiquer quelles informations ne sont pas incluses et pourquoi."

Cela donne clairement aux entreprises qui ont du mal à collecter certaines données la possibilité d'omettre ces sources d'émissions. Bien sûr, il est possible que certaines entreprises puissent faire valoir qu'aucune des données n'est pratique à obtenir pour elles et qu'elles ne déclarent tout simplement rien, mais en réalité, ces entreprises devraient passer tellement de temps à expliquer et à défendre leur raisonnement qu'un certain niveau de déclaration des GES serait la voie la plus simple.

Une lecture attentive des réglementations finales révèle que le concept des champs d'application du Protocole des GES n'est pas du tout mentionné, bien qu'il soit clair, d'après le processus de consultation du Defra, que la déclaration des émissions des champs d'application 1 et 2 était le modèle derrière les exigences des réglementations. En effet, la nouvelle formulation signifie que les entreprises pourraient raisonnablement déclarer certaines activités du champ d'application 3 et omettre certaines activités des champs d'application 1 et 2, mais le point essentiel est que pour les entreprises qui ne font que se conformer à la nouvelle législation, la déclaration des émissions selon les champs d'application du Protocole GHG n'est pas une obligation. La déclaration des émissions selon les champs d'application ne sera un problème que pour les entreprises qui déclarent également leurs émissions de GES selon d'autres mécanismes tels que le Protocole des GES, le CDP, le Dow Jones Sustainability Index ou la norme ISO 14064.

La nouvelle approche flexible, bien que favorable aux entreprises en réduisant la charge de déclaration, signifie qu'elles auront besoin de beaucoup plus de conseils et d'assurance sur ce qui est et n'est pas acceptable en termes d'omissions d'émissions. Par exemple, est-il raisonnable qu'une société de location de voitures ne déclare pas les émissions de sa flotte de véhicules au motif qu'elle ne contrôle pas ces émissions, ou qu'une société qui loue une voiture ne déclare pas ces émissions parce qu'elle n'est pas propriétaire du véhicule ?

En fait, les deux sont raisonnables dans le cadre de la réglementation finale et cela permet de souligner que l'approche flexible produira des lacunes et des incohérences dans les rapports entre les organisations. Cela signifie à son tour que les exigences de déclaration obligatoire ne permettront pas de faire des comparaisons significatives entre les émissions des entreprises, ce que de nombreuses parties prenantes attendaient avec impatience.

Maintenant que les règlements définitifs ont été déposés au Parlement, les entreprises ont une certitude quant aux exigences de déclaration et peuvent commencer à prendre des dispositions pour s'y conformer. Certaines d'entre elles n'ont pas beaucoup de temps avant de devoir publier leurs premières déclarations de GES (pour les années de déclaration se terminant le 30 septembre 2013 ou après), et nous verrons donc dans quelques mois comment elles communiqueront ces nouvelles informations. Pour ceux qui ne peuvent pas attendre aussi longtemps, il existe quelques exemples précurseurs de ce que nous pouvons nous attendre à voir, dont le plus amusant se trouve dans le dernier rapport annuel et les comptes d'Aggreko, suite à leur décision de se conformer aux règlements à venir un an avant leurs obligations légales. Si vous allez à la page 50 du Rapport et comptes annuels 2012 d'Aggreko un rapport divertissant sur les émissions de GES vous attend.

Perspectives connexes

FR