Réflexions sur le fait que le CO2 atmosphérique atteigne 400 ppm

13 mai 2013

Dr Richard TipperComme la concentration atmosphérique mondiale de CO2 nudges 400 parties par million, je réfléchis à certains des changements dans la compréhension et la politique depuis que j'ai commencé à travailler dans ce domaine, en 1995.

À cette époque, notre compréhension du cycle global du carbone était assez incertaine. Nous savions que le CO2 dans l'atmosphère était de 360 ppm (environ 2750 milliards de tonnes de CO2). Nous avions une bonne idée que nous ajoutions environ 22 milliards de tonnes de CO2 par an provenant des combustibles fossiles et peut-être 6 ou 7 milliards de tonnes provenant de la déforestation.

En soustrayant les augmentations de carbone dans l'atmosphère des émissions, on a pu constater que seule la moitié du CO2 émis chaque année est resté dans l'atmosphère, le reste étant absorbé par divers "puits".

Mais il y avait une grande incertitude quant à l'emplacement des divers "puits" de CO2.

Nous connaissons désormais mieux la puissance et la localisation de ces puits (océans, forêts et prairies), mais des incertitudes subsistent quant à leur vulnérabilité aux changements environnementaux.

Une chose semble claire. Malgré le cycle annuel de négociations sur le climat, le taux d'accumulation du carbone dans l'atmosphère augmente, et il semble probable qu'il continuera à augmenter à un rythme dépassant bon nombre des scénarios envisagés en 1995.

Les forêts restent un puits important de CO2En effet, la déforestation représente environ un quart de ce qui est émis chaque année par notre utilisation de combustibles fossiles (aujourd'hui 31 milliards de tonnes par an), un peu comme un oncle bienveillant qui paie une partie de ses dettes. Mais malgré les progrès réalisés dans certains pays en matière de lutte contre la déforestation, certains signes indiquent que la santé des forêts est en train de décliner. L'oncle bienveillant pourrait ne plus être en mesure de nous aider très longtemps et certaines forêts pourraient basculer du statut de puits à celui de source.

Perspectives connexes

L'ISSB publie un projet d'informations sur la durabilité et le climat

L'ISSB publie un projet d'informations sur la durabilité et le climat

L'International Sustainability Standards Board (ISSB) a publié ses projets de divulgation liés à la durabilité et au climat le 31 mars 2022. Pour de nombreuses entreprises cotées en bourse, il s'agit d'un nouveau domaine d'information qui a de profondes répercussions sur la collecte, le calcul, l'audit et la communication des données.
FR