Le trifluorure d'azote : le nouveau gaz à effet de serre obligatoire du protocole de Kyoto

15 août 2012

Grande nouvelle dans le domaine de la comptabilisation et de la déclaration des gaz à effet de serre : la CCNUCC, dans le cadre du protocole de Kyoto, a judicieusement décidé d'inclure le trifluorure d'azote (NF ) dans la liste des gaz à effet de serre.3) au cours de la deuxième période de conformité de Kyoto, qui commence cette année et se termine soit en 2017, soit en 2020. Dans le même esprit, le Protocole GHG du WBCSD/WRI modifie toutes ses normes (entreprises, produits et champ d'application 3) afin de couvrir également les émissions de NF3. Heureusement pour les clients qui utilisent Durabilité d'EcometricaAvec la solution de comptabilisation des gaz à effet de serre d'Ecometrica, puissante et accréditée par le CDP, la capacité de mesurer et de déclarer les émissions de ce nouveau septième gaz de Kyoto a déjà été pleinement intégrée.

Le trifluorure d'azote est un composé azoté-fluoré inorganique qui remplace les PFC, notamment l'hexafluoroéthane (C2F6). Il est le plus souvent utilisé dans l'industrie électronique au cours de divers processus, notamment la gravure au plasma, le nettoyage des chambres dans lesquelles sont fabriquées les puces de silicium, et la fabrication de semi-conducteurs et de panneaux LCD. En outre, il a plusieurs applications importantes dans les industries du photovoltaïque et du laser chimique. Son potentiel de réchauffement planétaire de 17 200 sur 100 ans est le deuxième, après celui de l'hexafluorure de soufre, parmi les gaz couverts par le protocole de Kyoto, ce qui signifie qu'il est très efficace pour piéger la chaleur atmosphérique, et que sa durée de vie est de 740 ans.

L'inclusion du trifluorure d'azote est le résultat des recherches menées par le GIEC, dans un premier temps, sur des gaz qui étaient soit moins importants en termes de concentration atmosphérique au moment de l'adoption du protocole de Kyoto, soit développés après. Le trifluorure d'azote est un parfait exemple de ce premier type de gaz. Bien que l'utilisation du NF3 dans l'industrie des semi-conducteurs a commencé dès la fin des années 1980, C2F6 était le décapant le plus traditionnel et n'était pas, à l'époque, surveillé dans le cadre du protocole de Kyoto. Il en résulte que l'hexafluoroéthane était utilisé de manière préférentielle et que le trifluorure d'azote était beaucoup plus périphérique.

Cependant, depuis l'adoption du protocole, de nombreuses entreprises des secteurs susmentionnés sont passées à l'utilisation de NF3 et, par conséquent, son utilisation et les concentrations atmosphériques qui en découlent ont augmenté de façon spectaculaire, surtout au cours de la dernière décennie. Cette tendance, associée au fait que le taux de rejet, d'après des études récentes, est probablement beaucoup plus élevé que les estimations initiales de 2% à 5%, a fait que le NF3 était officiellement sur le radar. En raison de ses propriétés chimiques et de l'augmentation significative de son utilisation, le GIEC a publié une version actualisée du tableau 2.14 de la 4th en 2008 qui comprenait, entre autres gaz supplémentaires, le NF3. Des informations techniques sur ces nouvelles espèces ont été compilées en 2010 par le Groupe de travail ad hoc sur les nouveaux engagements des parties visées à l'annexe I au titre du protocole de Kyoto (AWG-KP) et, sur la base de ces informations et des réactions de multiples parties prenantes, la décision d'inclure ces espèces dans la deuxième période de conformité a été prise.

Suivant les traces de la CCNUCC, le WBCSD/WRI a annoncé le mois dernier qu'il mettrait à jour ses normes de comptabilité des entreprises, des produits et du champ d'application 3 afin d'exiger la mesure et la déclaration du trifluorure d'azote. Ce choix est logique, puisqu'il permettra de préserver la cohérence entre la comptabilité des émissions nationales et celle des organisations. Étant donné les utilisations typiques du NF3Il est peu probable que la modification affecte la plupart des entreprises et organisations non industrielles, mais il vaut la peine de revoir les processus au sein de votre organisation pour vous assurer que vos évaluations futures sont conformes. La période de commentaires ouverte sur la mise à jour proposée s'est terminée le 29 juillet, et la modification devrait être officiellement adoptée d'ici la fin du mois d'août. Les directives mises à jour s'appliqueront à tous les nouveaux inventaires préparés pour la prochaine année de déclaration qui cherchent à se conformer à une norme du WBCSD/WRI.

Sources

 

 

Perspectives connexes

Aider les entreprises à déclarer leurs émissions de portée 3

Aider les entreprises à déclarer leurs émissions de portée 3

De plus en plus, les entreprises font appel à nous pour mesurer leurs émissions de portée 3. Les émissions de portée 3 ne sont pas simples à mesurer, mais ce n'est que lorsque vous les incluez, ainsi que les portées 1 et 2, dans votre empreinte carbone que vous obtenez une véritable mesure de votre impact carbone.
FR